Le statut de VDI

Le statut de VDI (Vendeur à domicile indépendant) à été créé en France en janvier 1993.
Comme son nom l’indique, ce statut  permet d’exercer une activité de vente à domicile en tant qu’indépendant, sans les contraintes administrative, d’une entreprise classique.
C’est un statut flexible, qui convient très bien aux personnes qui débutent dans le domaine de la vente directe.

Il existe deux catégories de VDI :

  • Le VDI Mandataire : Il prend les commandes des clients au nom, et pour le compte d’une société de vente directe.
    Il n’a donc pas besoin d’acheter les produits pour les revendre ensuite, ou de se constituer un stock.
    La société de vente directe livre les produits aux clients et commissionne le VDI, en fonction de la commande réalisée.
  • Le VDI  Acheteur-Revendeur. Il achète des produits à un prix de gros et les revend en prenant une marge, qui va constituer sa rémunération.

Avantages du statut de VDI.

Liberté dans les horaires de travail, sur le temps de travail, sur les dates de vacances, sur le choix de la société et des produits distribués.
Liberté d’arrêter l’activité quand on le souhaite, Liberté de revenus, possibilité de cumuler avec une autre activité, ou certaines indemnités. MLM / VDI /  marketing de réseau

Formalités administratives simples.

MLM / VDI /  marketing de réseauLe statut de VDI est défini par la loi 93/121 du 27 janvier 1993. Il est accessible aux personnes majeures.
Ce statut n’est disponible que pour les sociétés de vente directe qui ont fait les démarches administratives nécessaires. Dans ce cas, le futur VDI est enregistré directement auprès de la société avec laquelle il travaille.
Il doit se déclarer auprès du CFE URSSAF de son lieu de résidence, dans les 15 jours suivant le début de l’activité.
Les cotisations sociales sont prises en charge par l’entreprise dont dépend le VDI, en fonction des revenus perçus.

Déclaration de revenus.

VDI / mlm /impots / marketing relationnelPour déclarer ses revenus annuels, il suffit au VDI de faire le total des commissions perçues au cours des 4 trimestres de l’année.
Dans le cas d’un VDI mandataire: Si le montant des commissions reçues ne dépasse pas un certain plafond (32900€ HT en 2015), il pourra déclarer ses revenus dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC).
Ce régime permet au VDI de bénéficier d’un abattement de 34% au titre des frais professionnels.

Dans le cas d’un VDI acheteur revendeur, si le montant des commissions reçues ne dépasse pas un certain plafond (82200 HT en 2015), il pourra déclarer ses revenus dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
Ce régime permet au VDI de bénéficier d’un abattement de 71% au titre des frais professionnels.

Dans les deux cas l’impôt sera calculé en prenant en compte les autres revenus du foyer fiscal. Le formulaire à utiliser est le 2042 CK pro.

A partir du moment où le VDI dépasse les plafonds prévus à son statut il doit passer à une autre forme de statut (entrepreneur indépendant ou société )

Les taxes et impots.

Le VDI bénéficie d’une franchise de TVA, c’est à dire qu’il ne facture pas de TVA et n’a pas de TVA à reverser à l’état.
La Contribution Foncière des entreprises (CFE) sera éventuellement due par le VDI si son chiffre d’affaire dépasse 16,5 % du plafond annuel de la Sécurité Sociale.
Tant que le VDI ne gagne pas d’argent, il ne paie pas d’impôt.

Quelle protection sociale pour le VDI ?

VDI / MLM / marketing de réseauLe VDI est assimilé à un salarié de la société de vente directe, même s’il est indépendant. C’est donc la société qui verse les cotisations à l’URSSAF. Il  bénéficie des mêmes avantages que le salarié, mais ne cotise pas à l’assurance chômage.
Dans le cas où le VDI percevait des allocations chômages  avant de démarrer son activité, il continue de les percevoir dans la limite de ses droits, et dans la limite d’un certain plafond.

Cumul d’emplois.

Les revenus provenant d’une activité de VDI peuvent se cumuler avec d’autres sources de revenus, ou indemnités.
Certains métiers peuvent être incompatibles avec l’activité de VDI, certains contrat de travail stipulent également une clause de non concurrence qui empêche l’accès au statut de VDI.

Le statut de VDI, un statut intéressant.

FVD / MLM / VDI / marketing de réseauLe statut du VDI est un statut très avantageux pour le particulier qui souhaite démarrer une activité de vente directe à domicile avec le minimum de risque financier et d’imposition.
Il permet d’améliorer son pouvoir d’achat, tout en préservant ses acquis. C’est une activité en plein essor qui occupe aujourd’hui plus de 400 000 personnes en France. 

Vous venez de lire, "Le statut de VDI

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé, "Le statut de VDI", n'hésitez pas à cliquer sur j'aime et à laisser un commentaire, vous me feriez sincèrement plaisir, Merci 🙂
( Photos prise sur Google images ) 
 

2 Comments on Le statut de VDI

  1. Patrice Di Giacomo // 10/11/2016 á 19:25 // Répondre

    Merci pour ce récap sur le statut VDI Joel.

    Il est dommage que le plafond à ne pas dépasser soit si bas car ses atouts sont nombreux comme tu l’indiques. Quel statut conseilles-tu par la suite ?
    Auto entrepreneur ? Sasu ? Entreprise Individuelle ? Autres ?

    Merci pour ta réponse.

    Au plaisir de te lire à nouveau.
    Patrice

    • Bonjour Patrice,

      Pour ma part je suis toujours en auto entreprise, mais j’envisage de passer en SASU dès que j’aurais atteint le plafond.
      Le statut de VDI est idéal lorsque l’on a une activité salariée, car il permet d’exercer une activité indépendante en plus de son activité salariée sans aucune formalité.
      De plus l’entreprise paie une partie des charges sociale, ce qui n’est pas le cas avec l’auto entreprise.

      Cordialement
      Joel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*